Artistes / Jean-Bernard SUSPERREGUI

Artiste-susperregui-topTravail sur les formes et leurs espaces interstitiels, les tensions de la matière, les vides et les pleins, sur le temps et l’infini, mais aussi sur la force suggestive de la perception…

Jean-Bernard Susperregui livre une oeuvre puissante sans être massive. Entre apesanteur et envolée, elle sait être monumentale et légère à la fois. Elle exprime dans un équilibre perpétuellement précaire le moment du provisoire, de l’attente, de la tension, de l’incomplétude.

Susperregui questionne la Forme. Epurée, libérée de la figuration, elle offre un espace méditatif et esthétique plus vaste, sans se soustraire pourtant à l’ordre de la perception que l’artiste déstabilise par de subtils jeux architecturaux : ses cubes déstructurés s’évident et se creusent d’espaces par essence infinis, empêchant le regard de se reposer sur la surface lisse d’un simple volume. Et le vide devient forme, lieu, présence, énergie vitale.

Une oeuvre sans compromission avec ce qui flatte l’oeil et l’esprit : pas de rondeurs rassurantes, d’agréments décoratifs baroques ni d’éléments narratifs. Rien que la matière et la forme. De l’acier travaillé sans relâche l’artiste extrait la forme pure de sa gangue de matière brute, le visible et l’invisible, l’essentiel et l’accidentel.

A la fois artiste, artisan, chercheur, Susperregui ne cesse de s’interroger sur le sens et l’essence de ce qui existe, sur ce qui sépare le vivant de l’inanimé. L’art de Susperregui procède ainsi autant d’une quête philosophique et esthétique que d’un impressionnante maîtrise de la matière et des lois de la nature.

Autodidacte, Jean-Bernard Susperregui expose depuis 1977. Repéré par Gilles Vallée, il expose en 1987 à la Galerie du Haut Pavé. Les expositions personnelles et collectives s’enchaînent depuis partout en France. Entre 1989 et 1991, il se fait remarquer pour ses créations de décors pour le théâtre, notamment dans le cadre du Festival d’Avignon, tandis qu’en 1998, il crée une oeuvre monumentale, fresque de 800m2 d’acier et de rouille, pour le théâtre de Toulouse. En 2002, il réalise une sculpture monumentale à Corbeil-Essonne dans le cadre de la commande publique. Il vit et travaille en son atelier près de Melun en Seine-et-Marne.

Ses Oeuvres